[Mini-Critique] Prince of Persia : Les Sables du temps

[Mini-Critique] Prince of Persia : Les Sables du temps

C’est joli, ça bouge très bien et le style graphique aide le jeu à bien vieillir. Le gameplay est remarquablement bien calibré et la difficulté de la prise en main est inversement proportionnelle à la dextérité surnaturelle du personnage. On lui fait ainsi enchaîner les acrobaties les plus improbables avec une facilité dérisoire, sans pour autant avoir l’impression de se faire tenir la main comme dans un Assassin’s Creed.

Les combats sont aussi bien chorégraphiés qu’ils sont chiants comme la mort, avec de longs affrontements dissociés des phases de plateforme, dans de grandes salles closes dont les portes s’ouvrent une fois que tout le monde est mort. C’est répétitif mais heureusement pas trop envahissant.

Le scénario est gentillet et le jeu pèche un peu par son ambiance. “Envoûtant” est un mot qui revient souvent à propos de ce PoP. Je le qualifierais plutôt de fade et sans grande personnalité, avec son esthétique ‘1001 Nuits’ assez impersonnelle et ses musiques oubliables.

La réalisation, quant à elle, ne démérite pas et la qualité de l’animation impressionne toujours, un paquet d’années après les faits.

La difficulté est bien dosée, grâce aux sables éponymes qui fluidifient grandement le principe de “die and retry”, en plus de lui donner une justification narrative. On est jamais bloqué, les environnements se renouvellent bien et l’aventure est haletante du début à la fin.

8

8/10

Ecrire un commentaire